La Nationale 7 traverse sur toute la longueur la commune de Varennes-Vauzelles, la reliant ainsi à sa propre voisine : Nevers. Proche de la forêt de la Brosse et du plan d’eau de Niffond qui offrent des promenades agréables.
L’année 2020 marqua le centenaire de la création de la cité jardin, exemple remarquable d’urbanisme.

L’histoire de Varennes-Vauzelles reste intimement liée à l’implantation des grands ateliers de réparation des locomotives installés dès 1920 par la société Paris-Lyon-Méditerranée, la bien connu PLM.

Varennes-lès-Nevers, commune rurale se transforme progressivement et se développe devenant la plus importante commune proche de Nevers. Un peu plus de 300 maisons sont ainsi construites pour permettre aux ouvriers de se loger. Cette cité ouvrière était une des rares cités qui offrait tous les services de proximité et tous les équipements nécessaires au maintien d’une vie sociale riche et diverse grâce aux activités culturelles, éducatives, sportives et associatives.

La gloriette

En bordure de son parc, le château de la Rocherie, situé sur la commune de Varennes-Vauzelles, a été concerné par des travaux d’aménagement de la route qui auraient pu le voir disparaître…

Au moment où fut décidé le nouveau tracé de l’A77, une gloriette de style mauresque offerte par un prince arabe venu au château faire soigner ses enfants, se trouva frappée d’alignement. L’affaire fit grand bruit et remonta jusqu’au sommet de l’Etat où il fallut l’intervention du Président de la République de l’époque, François Mitterrand, lui-même très attaché au département et sensible à ce sujet. Elle fut toutefois déplacée mais maintenue dans le parc du château auprès d’un cèdre majestueux, dont la légende veut qu’il ait été planté par les grognards de Napoléon : les deux furent ainsi sauvés.

La Cité Jardin

Lorsque la compagnie ferroviaire du PLM décide en 1911 de transférer ses ateliers à Nevers, elle envisage la réalisation d’une cité pour loger les ouvriers. Retardé à cause de la guerre, le projet s’inspire des cités-jardins britanniques : la conception de ces aménagements répond à la volonté d’équiper les nouvelles cités ouvrières de jardins attribués aux logements et d’équipements collectifs.

La statue de l’aviatrice

Elle se trouve au croisement de la RN7 Boulevard Camille Dagonneau et de l’Avenue Louis Fouchère. Elle est dédiée à Evelyn Graham Frost, aviatrice et poète, tombée ici le 5 janvier 1934.

Partant vers le sud, vous arriverez à Nevers et vous dirigeant vers le Nord, vous trouverez Pougues-les-Eaux.